Obtenir un devis

Vous êtes ici :

Compost jardin : faire son compost soi-même

Le compostage est issu de la décomposition de déchets organiques tels que des pelures de fruits et légumes, des herbes et branchages, en présence d’eau et d’oxygène grâce à des micro-organismes (champignons / bactéries / êtres vivants microscopiques) permettant ainsi leur transformation. Au fur et à mesure du compostage, des organismes plus importants interviendront dans le processus comme les lombrics ou les vers de terre par exemple. Ils participeront et aideront tous au développement de l’humus qui sera particulièrement utile pour votre jardin.

Le compost, qu’est-ce que c’est ?

Le compost, que l’on peut réaliser soi-même et chez soi, est un fertilisant naturel. Economique et écologique, le compost évite un surplus de déchets en cuisine ou au jardin et favorise le développement des plantes et végétaux.

La fabrication du compost se fait avec les bactéries et champignons des déchets organiques. Pour un compost de très bonne qualité, il est recommandé par nos jardiniers paysagistes de diversifier les déchets !

Pourquoi faire un compost ? 

Les composts permettent dans un premier temps de recycler vos déchets verts, que vous pourrez ensuite utiliser pour nourrir vos sols et alimenter les micro-organismes qui y sont présents. Vous pouvez également l’utiliser en guise d’engrais, qui sera beaucoup plus naturel, contribuera à la croissance de vos plantes et ne polluera pas à long terme. C’est donc un geste écologique et économique à la fois, tout en profitant d’un « terreau » de qualité formé par le compostage.

Bien choisir l’emplacement dans son jardin

Le choix de l’emplacement du compost est important. Il vous faut sélectionner un endroit de jardin semi-ombragé pour que votre compost ait du soleil, sans pour autant dessécher. Pour le côté « pratique », notamment pour ceux qui possède un grand jardin, n’éloignez pas trop votre compost pour y accéder aisément l’hiver ou lors des saisons de pluies.

Comment faire ? 

Pour votre compost, qu’il soit en tas, à la surface ou en silo, choisissez un emplacement semi-ombragé afin qu’il garde le taux idéal d’humidité et de chaleur sans qu’il devienne trop sec. Peu importe votre choix, veillez à les laisser directement sur le sol afin que le compost soit en contact avec les micro-organismes. L’étape cruciale à ne pas manquer est d’aérer le compostage car les bactéries et micro-organismes ont besoin d’oxygène pour respirer et maintenir la température ambiante idéale, sans pour autant leur entrainer la mort. Il est donc important de le faire toutes les 4 à 6 semaines. Pour la bonne réalisation du compost, il faut également un certain taux d’humidité. Pour savoir si l’humidité est satisfaisante, prenez une poignée et comprimez-là. Si des perles d’eau apparaissent : le taux d’humidité est bon. S’il est trop sec, vous verrez apparaitre des filaments blancs et dans ce cas-ci, arrosez votre compost, sans trop en abuser.

Après quoi, il y aura deux étapes dans le processus de compostage : 

  • La dégradation : de la matière organique fraîche avec une haute température allant de 50 à 70°C grâce à l’action des bactéries et de la présence de l’oxygène.
  • La maturation : qui équivaut à une dégradation moindre avec une température plus basse avoisinant les 35° à 45°C, transformant le compost en humus. Cela conduit par la suite à l’apparition de champignon et autres insectes macro-organiques.

Quand l’utiliser et pour quels déchets ? 

Votre compost atteindra maturité au bout de plusieurs mois : 3 à 6 mois pendant le printemps / été et 6 à 9 mois pendant l’automne / hiver, à condition qu’il soit bien isolé. Afin d’avoir la certitude que le compostage arrive à maturation, vous pourrez l’effriter très facilement.

Les différents types de compostage que l’on retrouve dans les jardins

Différentes méthodes sont à votre disposition pour la réalisation de votre compost. Les voici :

  • Compostage en tas : comme son nom l’indique, cette technique consiste à mettre en tas les déchets. Méthode classique et appréciée, il faut néanmoins un grand jardin, bien entretenu pour pouvoir masquer le tas de compost. Avantage : vous pouvez composter autant de déchets que vous souhaitez.
  • Compostage en bac : cette méthode est adaptée aux espaces verts de plus petite surface et consiste à déposer vos déchets organiques dans un bac (plastique ou bois, au choix).
  • Compostage en silo : méthode préférée de nos jardiniers paysagistes, le silo est suffisamment esthétique et petit pour se retrouver dans tous les jardins.
  • Compostage de surface : ce type de compostage est uniquement réservé pour tous les déchets verts du jardin (comme l’herbe tondue). Il s’agit simplement de répandre l’herbe tondue sur le sol pour que le compost s’opère.

Est-ce que tout est à mettre au compost ?

Pour préparer votre compost, vous n’avez qu’à y déposer vos déchets de cuisine comme les épluchures de fruits et légumes, marc de café, coquille d’œuf etc. vos déchets verts du jardin tels que le gazon ou des feuilles, ou encore vos déchets de maison comme les cendres de bois ou des fleurs fanées par exemple.

A la cuisine ou au jardin, on peut trouver des déchets à mettre au compost.
A la cuisine :

  • Epluchures de fruits et fruits (s’ils ne sont plus comestibles)
  • Pain
  • Marc de café et feuilles de thé
  • Coquilles d’œufs

Au jardin :

  • Fleurs fanées
  • Feuilles mortes
  • Herbe tondue
  • Copeaux et écorces
  • Résidus de taille (broyés)

Trouvez un jardinier-paysagiste près de chez vous !

Moins de 2 minutes pour faire votre demande de devis gratuit

Moins de 2 minutes pour faire votre demande de devis gratuit

Les commentaires sont fermés.

Vers le haut

Contactez-nous :

01 85 61 97 44

du lundi au
vendredi de
9h à 18h

Des questions ?

Discutons !

Contactez-nous :

01 85 61 97 44